Ça commence aussi par Wi

p1090275

Parfois ce qui semble être de peu de poids possède une gravitas insoupçonnée.

En tout cas, si vous l’ignoriez, si vous avez l’occasion, ou l’envie (quoique les deux en même temps c’est mieux semble-t-il) de vous recueillir sur la tombe d’une grande féministe s’il en fut, sachez que la modeste mais remarquable sépulture de nulle autre que Monique Wittig, grande figure du féminisme de la Seconde Vague française et grande influence du féminisme américain des années 80-90, est présente au Père-Lachaise, entre tous.

Ce fut une petite surprise de l’apprendre et comme l’occasion et l’envie conjointe nous permirent il y a bientôt quelques temps de nous y rendre, nous avons pu la retrouver (avec un peu de peine) malgré sa plaque sobre et surtout quasi-effacée.

Si vous la cherchez vous aussi ou si vous voulez faire d’elle une sorte de pèlerinage féministe (il y a bien plus idiot), sachez qu’elle se trouve à l’intérieur de la division 89, là où se trouve aussi la tombe d’Oscar Wilde (entre autres).

Qu’on le veuille ou non, fleurir une tombe n’est jamais un acte anodin. La mémoire des gens est une chose qui doit être cultivé et le souvenir s’entretient ou s’estompe. Et à ce jeu-là, les fleurs sont de bons outils pour entretenir la matérialité du souvenir (c’est cul-cul hein?)… Bon et les livres aussi mais ça c’est parce qu’on a la chance que Monique Wittig ait écrit.

p1090274

Publicités