Plat d’entrée

Il faut toujours commencer de quelque part et histoire de ne pas renier ce que je suis, on commencer par quelque chose de bien académique : une bibliographie !
Ça à l’air bête comme à ça, mais comment peut on discourir sur le féminisme quand on y connait rien ? Et bien en lisant des ouvrages féministes pardi ! Mais quels ouvrages féministes, comment savoir quoi lire ? Voilà à ce propos une petite liste indicative, que vos bibliothèques, librairies et bibliothèques universitaires sont susceptibles de posséder :

  • Christine Delphy
    « Classer, dominer, qui sont les autres »
    « L’ennemi principal, tome 1&2, économie politique du patriarcat, penser le genre »
    « Un universalisme si particulier »
  • Monique Wittig, « La pensée straight »
  • Nicole-Claude Mathieu, « L’anatomie politique : catégorisations et idéologies du sexe »
  • Colette Guillaumin, « Sexe, race et pratique du pouvoir – l’idée de nature »
  • Léo Thiers-Vidal, « Rupture anarchiste et trahisons pro-féministes »
  • Benoîte Groult, « Ainsi soit-elle »
  • Marylène Lieber, « Genre, violences et espaces publics
  • Christine Bard, « le féminisme au delà des idées reçues »
  • Angela Davis, « Femmes, race et classe »

A noter que cette liste est une première ébauche et est largement à compléter en fonction des sujets d’intérêt. La plupart sont d’un niveau parfois assez costaud (Delphy, Mathieu), d’autres beaucoup plus accessibles (Groult). Si vous êtes un homme qui s’intéresse au féminisme et à la lutte anti-patriarcale, l’ouvrage de Thiers-Vidal est tout simplement indispensable, si vous êtes étudiants, il est peut-être possible de trouver l’ouvrage de Marylène Lieber, qui amène très sérieusement à changer ses comportements dans la rue vis à vis des femmes et qui donnent à voir comment la rue est-elle un lieu pensé au masculin. Je sais bien que tout cela fait très académique, très études secondaires et que nombre de personnes n’ont pas forcément le niveau pour lire ses livres de manière aussi aisée que des gens ayant fait des plus ou moins longues études (et il n’y a pas de mal à ça ! moi le premier, certains ouvrages féministes je bute dessus et j’y comprends rien). Néanmoins je pense qu’il est nécessaire de montrer que le Féminisme c’est pas juste des manifs marrantes (ou pas) dans les rues, c’est pas juste des slogans et des actions chocs, c’est aussi un gros travail de recherche, travail de très haut niveau s’il en faut. D’ailleurs ces deux univers ne sont pas incompatibles, parmi les neuf qui lancèrent l’action de l’Arc de Triomphe en 1970, une bonne partie était des futurs thésardes, qui avaient déjà un bagage d’articles scientifiques.

Pour toutes les questions d’intersectionnalité et de luttes plurielles, le livre d’Angela Davis est un classique très éclairant, en particulier lorsqu’on est un homme blanc, m’est avis.

De manière générale, sur les sujets divers, je ne peux que conseiller l’écoute de l’émission de radio féministe « Dégenrée », faite par des féministes de Grenoble et disponible sur le site radiorageuses.com

Sur ce Bonne Lectures…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s